LES SABLES DE L'EMPEREUR

 

D'après le roman de Mia Couto, Éditions Métailié - Couverture Éditions Métailié

 

Adaptation et mise en scène Victor de Oliveira

Traduction Elisabeth Monteiro Rodrigues

 

Production Teatro Nacional Dona Maria II – Lisbonne

Coproduction Centre Culturel Franco-Mozambicain, Maputo Teatro Nacional São João, Porto, Teatro Aveirense - Aveiro, Le Grand T - Théâtre de Loire-Atlantique (Nantes), Malraux - Scène nationale de Chambéry, MC93 - Bobigny 

Production déléguée En Votre Compagnie – Paris

 

Résumé

L’écrivain mozambicain propose un récit des origines de son pays, en proie à la violence coloniale à la fin du XIXe siècle.

En décembre 1895, le capitaine Mouzinho de Albuquerque mettait fin au règne de Ngungunyane. L’empereur qui avait tenu tête aux Portugais depuis son imposant État de Gaza, au sud de l’actuel Mozambique, en Afrique australe, fut déporté aux Açores, où il mourut dans l’indifférence, en 1906. De son vivant, il semait la terreur, craint de tous et ne craignant nullement la Couronne portugaise, qui tentait d’asseoir sa domination sur ce vaste territoire face aux appétits des autres puissances coloniales. Sur ses terres, les colonisateurs l’appelaient « Sa Majesté » ; Ngungunyane les traitait en retour de poules et de machanganes,d’« esclaves blancs ». Le jour de sa capture, cependant, les soldats zoulous qui avaient combattu à ses côtés ont crié « Va-t-en, espèce de vautour qui décime nos poules ! ». Dans le bateau qui le conduisait à Lisbonne, où le roi Charles Ier ne se donnerait même pas la peine de le recevoir, l’empereur pleurait.

Notes d'auteurs

En 2019, lors de la création à Maputo de Incêndios, première mise en scène dans mon pays natal avec une équipe d’acteurs et créateurs mozambicains, je savais qu’il fallait absolument ensuite prolonger le lien, il fallait aller plus loin, creuser encore l’histoire tourmentée de ce pays, de ce continent même.

Avec Incêndios j’étais, d’une certaine manière, revenu à mon enfance, à l’histoire de la guerre civile qui a dévasté le pays pendant des années. J’avais situé l’histoire de cette mère et ses enfants au Mozambique, mais malheureusement des histoires terribles telles que celle-là ont eu lieu dans la plupart des pays du continent africain. La joie de l’indépendance a été suivie par l’horreur des guerres civiles. Suivies ensuite par le silence et la peur, par une espèce de tabou qui enferme et qui empêche quiconque de vouloir s’y pencher. [...] 

 

En découvrant Les sables de l’empereur, j’avais l’impression d’aller plus profondément encore, non seulement dans l’histoire de mon pays, mais dans ma propre histoire. D’une certaine façon, Imani et Germano étaient comme mes grands-parents. Étant petit-fils de colons et de colonisés, de blancs et de noires, je suis le fruit de cette histoire terrible qui s’est construit pendant 500 ans.

«L’Histoire est plus complexe qu’une lecture qui mettrait d’un côté les bons, de l’autre les mauvais, d’un côté les héros, de l’autre les vaincus», écrit Mia Couto, et dans son roman, c’est exactement ce qu’il nous montre d’une façon magistrale. À partir de l’histoire d’amour entre cette femme noire et cet homme blanc, nous faisons une plongée dans l’intimité de grands et « petits » personnages qui ont fait et défait les relations entre les peuples africains et européens. C’est une histoire qui mêle destins individuels et « grande histoire », splendeur et décadence, fierté et humiliation, désespérance et résilience.

Il y a là toute la force des romans classiques du début du XXème siècle et pourtant c’est une œuvre incroyablement contemporaine puisque la langue se réinvente sans cesse, la forme se reconstruit sans cesse, nous voyons là une fresque historique d’un grand classique tout en voyant se déployer au même temps devant nos yeux une œuvre éminemment contemporaine. Et c’est cette capacité absolument époustouflante de conciliation des deux mondes, qu’ils soient africains et européens, classiques et contemporains, qui donne à ce roman un souffle théâtral absolument vertigineux. 

C’est donc à partir de ce« souffle » que je travaille sur l’adaptation, que je construis un univers dans lequel les personnages historiques côtoient des personnages de fiction, des personnages du passé côtoient ceux du présent, des images d’une Afrique lointaine et mystérieuse se mélangent à une Afrique résolument moderne et impérieuse. [...] 

 

Calendrier

CRÉATION 

Septembre 2023

Télécharger
DOSSIER ARTISTIQUE
Les sables de l'empereur - French file.p
Document Adobe Acrobat 1.2 MB