Emeline Bayart

Emeline Bayart sort du Conservatoire National Supérieur d’Art dramatique de Paris en 2003. Enfant et adolescente, elle a étudié le piano et le chant au Conservatoire de Lille.

Dans le cadre des ateliers de 3e année présentés en public, elle a joué Peines d'amour perdues ? d'après William Shakespeare, mise en scène de Hélène Vincent ; 13 objets, étude sur la servitude de Howard Barker, mise en scène de Jean-Paul Wenzel ; Dom Juan revient de guerre et Foi, Amour et Espérance de Ödön von Horváth, mise en scène de Cécile Garcia-Fogel.

 

Comédienne-chanteuse, elle interprète au théâtre ou dans des spectacles musicaux des rôles très différents et remarqués, de la jeune fille forte et fragile à la bourgeoise déjantée.

 

Au théâtre, elle a joué dans Pauvre folle, Phèdre d'Eugène Durif, mise en scène de Jean-Michel Rabeux au Théâtre de la Rose des vents de Villeneuve d'Ascq ; L'Endroit du cœur de Philippe Meyer, mise en scène de Jean-Claude Penchenat au Théâtre des Abbesses en 2003 ; Le Comte Oderland de Max Frisch, mise en scène de Claude Yersin au Nouveau Théâtre d'Angers en 2005 ; Le Révizor de Nicolas Gogol, mise en scène de Christophe Rauck au Théâtre du Peuple en 2005 et dans Musée Haut Musée Bas, texte et mise en scène de Jean-Michel Ribes, créé en 2004 au Théâtre du Rond-Point et repris en 2005... En 2015, elle incarne Marie-Antoinette dans La Légèreté française de Nicolas Bréhal, mis en scène par Chantal Bronner.

 

Elle chante régulièrement aux côtés de Philippe Meyer dans divers récitals, après avoir partagé avec lui la scène du Théâtre des Abbesses dans L’Endroit du coeur de Philippe Meyer, mis en scène par Jean-Claude Penchenat.

 

Elle joue également au cinéma dans 3 Zéros de Fabien Onteniente, dans Ma vie en l'air de Rémi Briançon et notamment sous la direction de Bruno Podalydès (Bancs publicsAdieu Berthe), de Maïwenn (Le Bal des actrices), de Michel Gondry (Microbe et Gazoil). Elle a par ailleurs remporté deux prix d’interprétation féminine pour Catharsis, court-métrage réalisé par Cédric Prévost.