Laëtitia Guédon

Formée à l’École du Studio d’Asnières en tant que comédienne, puis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris en mise en scène, Laëtitia Guédon fonde en 2006 la Compagnie 0,10 et dirige depuis 2009 le Festival au Féminin à Paris.

Son premier spectacle Bintou de Koffi Kwahulé réunit une équipe de 16 acteurs et se crée, après une résidence au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis, en 2009 à la Chapelle du Verbe Incarné (Festival Off d’Avignon) où il remporte le Prix de la Presse.

Toujours en recherche d’écritures et de formes nouvelles, elle décide en 2010 de réunir (en co-mise en scène) des acteurs pour un projet d’écriture collective Le Laboratoire Chorégraphique de Rupture Contemporaine des Gens. La compagnie est lauréate pour ce projet du Prix Paris Jeunes Talents de la Mairie de Paris ; crée une première étape de travail à la Maison des Métallos, puis finalise la création du spectacle au Fracas/CDN de Montluçon, co-producteur de ce projet.

La compagnie prendra également en charge plusieurs « commandes » de mise en scène tels que Le Médecin malgré lui créé au Théâtre du Gymnase à Paris ou encore Trois Pommes d’Or pour le CRR d’Aubervilliers.

En 2014, elle crée au Théâtre 13 à Paris Troyennes – Les morts se moquent des beaux enterrements, traduit et adapté par Kevin Keiss d’après Euripide.

Elle joue sous la direction de Serge Tranvouez pour le projet de la compagnie, Un Dimanche au Cachot d’après le roman de P. Chamoiseau.

En 2015, Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, nommé directeur de La Comédie de Caen / CDN de Normandie, lui demandent de rejoindre leur collectif d’artistes associés.

Elle y créera en 2016, SAMO un projet sur le peintre Jean-Michel Basquiat. Elle y retrouvera la complicité de Koffi Kwahulé, à qui elle demande de prendre en charge l’écriture du projet.

Parallèlement aux projets professionnels réunissant des équipes nombreuses, Laëtitia Guédon fait de la transmission artistique une des missions essentielle de la compagnie. A ce titre, elle intervient depuis 5 ans au Théâtre de la Commune / CDN d’Aubervilliers pour des ateliers en milieu scolaire (Lycée Le Corbusier, Lycée Lamartine...) et met un point d’honneur à accompagner les créations de la compagnie d’un projet pédagogique complet.

C’est le cas pour SAMO, avec la proposition du projet de transmission artistique Signal Ethique qui convoque l’art dramatique, la scénographie urbaine et l’écriture contemporaine.

En mai 2016, elle est nommée directrice des Plateaux Sauvages, nouvel établissement culturel de la Ville de Paris situé au coeur du XXème arrondissement.