MON AMI, LOUIS

 

De et mise en scène Gilles Gaston-Dreyfus

 

Collaboration artistique Nicolas Boukhrief

Assistante à la mise en scène Stéphanie Cléau

Création lumière Léa Maris

Musique Nicolas Errera

Sound designer Jean Croc

Costumes Carine Sarfati

Assistante de production Julie Pagnier 

 

Production Compagnie Barimer

 

Texte publié aux Éditions Barimer 

 

Résumé

" Dieu ne te demandera pas pourquoi tu n'as pas été Moïse, mais pourquoi tu n'as pas été toi-même " me disait Martin Buber cet été à la buvette du club de tennis de Toulon après avoir perdu lamentablement son match. Être soi-même... La quête du Graal pour tout honnête homme. C'est le chemin qu'entreprend Louis en se racontant au présent. Mais Louis est un drôle de bonhomme : il tue le temps en assassinant à droite à gauche pensant avoir ainsi une vie passionnante. Son rapport aux femmes est complexe. La réalité n'est que scabreuse. Il s'invente des vies et se laisse trimbaler à Moscou, dans le cul de sa belle-sœur, à la cueillette aux champignons, au bordel des trois canetons, dans un monastère dont j'ai oublié le nom, chez Sandra Klaxon... Mais de qui parle-t-il ? De lui ? D'un autre ? On n'échappe pas à son " Je ". C’est une descente en spirale au fond de soi. Tout au fond.

 

Note d'intention

Mon ami, Louis est pensé pour le théâtre. Il s'agit donc avant tout de mettre la mise en scène au service de ce texte. Loin de tout effet démonstratif. Pas de bande-son trop chargée, d'effets d'éclairages spectaculaires, ou de projections vidéo superflues. Entendre une langue inconnue assurément, et pourtant étrangement intime... Les spectateurs devront avoir la possibilité de s'évader sur les multiples évocations que propose le personnage. Sans jamais les brusquer ou les contraindre, mais en les prenant doucement par la main pour que Louis, en fin de parcours, devienne à leur tour leur ami. Et au vu de la nature pour le moins complexe du bonhomme, réussir ce rapprochement nous apparaît comme hautement jubilatoire. 

Nicolas Boukhrief 

 

Presse

« Monologue habité signé Gilles-Gaston Dreyfus. » Libération 

 

« Gilles Gaston-Dreyfus n'aura jamais été meilleur qu'en jouant son propre texte dans un numéro incroyable de psychopathe désespéré et célinien. » Le Point 

 

« C'est d'une drôlerie et d'une cruauté sans pareil. » France Inter / Le Masque et la Plume / Coup de cœur de Jérôme Garcin 

 

« La pièce de la semaine Mon ami, Louis. On rit franchement et brusquement on est terrorisé. » Elle 

 

« Il faut entendre ce monologue halluciné, hallucinant. » Le Nouvel Observateur 

 

Dates des représentations

 

Théâtre des Halles - Avignon OFF

du 5 au 28 juillet 2019 à 16h30

Relâche les mardis